Vélos

Cet été, j’ai participé à une rando roller à vélo, La rando en meurette en Bourgogne, dont j’ai en bonus dessiné le t-shirt.

Tshirt de la rando des meurettes en bourgogne, 2014

 

J’ai pris l’option vélo parce que je ne suis pas assez bon en roller pour rouler 50km par jour, mon niveau me permettant de rouler jusqu’au prochain poteau, arbre ou tout autre obstacle naturel. Et sans doute aussi parce que je préfère être assis sur une selle. J’ai profité de cette excuse pour trouver et remettre en état deux beaux vélos anciens.

D’abord le mien, un vieux motobécane c4 de 1979 de petite taille, qu’il a fallu faire briller, et sur lequel j’ai mis une selle « confort du fessier ». C’est léger, ça roule bien et ce serait presque joli sans cette couleur jaune urine d’âne.motobécane c4, 1979

Puis un petit peugeot pk65, de 1979 lui aussi, pour femme. Le top de la frime du vélo de femme de 79. Là aussi, un gros décrassage était nécessaire, mais surtout, il a fallu faire briller les aluminiums.Peugeot pk65 et casque Yakkaz, mode été.

Et après ce premier essai au soleil, il a retrouvé ses gardes boues pour l’hiver.

Peugeot pk65, avec gardes boues.

Plus tard, mon frère a trouvé un Peugeot pr10 s’étiolant dans un Emaüs. Récupéré à ma demande, il est bien trop grand pour moi. Il a retrouvé des couleurs, une belle selle et des jolies pédales, des roues en meilleur état et est prêt à repartir sur les routes, sous les fesses de mon beau père.

Peugeot PR 10 orange, 74-75 (?)

A quoi ressemblera le prochain ? Tout ce que je sais, c’est qu’il sera équipé pour l’hiver des mêmes gardes boues noir/argent que le  pk65 et de ce dérailleur. Le Huret Jubilée, le top du top du poids plume français des années 70. Pattes d’ef prohibées.

IMG_0211

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *